Imprimer ses médicaments avec les imprimantes 3D

Des chercheurs sont à l’œuvre actuellement pour imprimer des médicaments avec une imprimante 3D. Ce n’est que le début de toutes les expériences avec l’arrivée de cette imprimante 3D. Beaucoup d’expériences seront faites. Certaines seront très positives pour être exploitées réellement, d’autres par contre pourront continuer à faire valoir leur droit dans les tiroirs.

 

Comment pourra se faire une impression de médicament avec une imprimante 3D ?

Le comprimé est fabriqué par une compression des composantes. Par la suite, le gène actif y sera incorporé. Ce principe est le même pour tous les types de comprimés jusque là fabriqués.

En l’associant à l’imprimante 3D qui imprimante selon divers procédés, c’est sur que ce rêve d’imprimer des médicaments pourra se transformer un jour en projet viable car pour un médicament, c’est le principe actif qui détermine son importance. Incorporer le gène actif dans les composantes d’un comprimé n’est pas impossible à réaliser par l’imprimante 3D.

Bien que cette technologie soit au stade expérimental, elle soulève déjà les passions. L’imprimante 3D étant considérée comme une unité de production à elle seule, plus rien n’aura de limite pour elle pourvu que la matière à imprimer soit compatible avec son mode d’exécution.

 

Comment fonctionne l’imprimante 3D

En regardant de près l’impression des objets de cette machine 3D, on se rend compte qu’en réalité l’imprimante ne fait que restituer le produit de ce qui aura été préparé par l’ordinateur.

En clair, lorsque vous gênerez un fichier 3D d’un objet comme une tasse à café, à l’impression l’imprimante ne sortira qu’une tasse à café. Du coup, on est sidéré et stupéfait du fait que l’imprimante soit capable de le faire. Or, elle ne fait que jouer le rôle que les ingénieurs lui demandent de jouer comme son prédécesseur l’imprimante 2D qui imprime une feuille de texte saisi à l’ordinateur.

En associant tous les composants du comprimé, il suffit d’une programmation à l’ordinateur pour que l’imprimante se mette à exécuter la mission qui lui est confiée. Ce qui veut dire que si nous pouvons nous nourrir avec cette imprimante 3D, elle pourra aussi nous soigner si déjà elle nous habille.