Fabriquer son imprimante 3D

Fabriquer personnellement une imprimante 3D à partir de plan gratuit ou en open source est tout à fait possible. Les modèles RepRap  sont plus adaptés à ce genre de création avec généralement quelques détails fournis en complément. Pour les bricoleurs qui aiment les aventures, les jeux sont ouverts.

 

Les modèles RepRap conseillés

fonctionnnement-imprimante04Créer son imprimante 3D est même souhaitable pour le bricoleur qui aime relever le défi. C’est la mode actuellement dans tous les ateliers électroniques, des plans sont disponibles en open source. Des kits en vente sous forme de pièces détachées à monter soi-même sont en vente libre sur les chaines de distribution en libre service.

Les prix de vente sont tout de même abordables avec des kits dont le prix d’achat avoisine les 300 ou 400 Euros. Pour le montage, vos connaissances en construction mécaniques et électroniques seront mises en rude épreuve. Mais ne vous tourmentez pas, vous pourrez toujours trouver de l’aide sur internet.

Il existe toute une communauté d’amateurs en ligne qui sont prêts à répondre à vos préoccupations. Les imprimantes 3D permettent de fabriquer des prototypes de pièces de rechange ou  des objets de manière rapide bien que les impressions soient lentes. Les matières utilisées pour le moment sont limitées à l’utilisation de filament en plastique. Mais les techniques ont évolué et certaines imprimantes sur le marché utilisent du métal ou de la céramie pour imprimer.

 

Des techniques développées à travers le monde entier

L’engouement est partagé par tous et l’on assiste aujourd’hui à l’ouverture  d’ateliers de fabrication partout dans le monde. De la Belgique, de la Suisse, de l‘Angleterre jusqu’au Japon en passant par les USA et la Chine, personne ne veut se laisser conter cette aventure. L’entrée dans le domaine public du brevet est profitable à tous les bricoleurs qui viennent de trouver une occasion pour essayer leur connaissance en construction mécanique et électronique.

Ces techniciens forment pour la plupart des groupes de travail regroupés dans des ateliers surnommés Fablabs, qui naissent pour la circonstance et permettent à ces bricoleurs de se frotter les uns aux autres.